Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

 
avancée

352332 Messages dans 13764 Fils de discussion- par 1346 Membres - Dernier membre: BigOne86
ZeBikeArsouillesBoD (Modérateurs: philgood, GroGro, rudd59)Approchez approchez...Grogro vous raconte la BOD...
Pages: [1] 2 3 ... 18   Bas de page
Imprimer
Auteur Fil de discussion: Approchez approchez...Grogro vous raconte la BOD...  (Lu 19992 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
GroGro
Administrateur
Vétéran Honorifique
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 56
Messages: 18568



Marque: Ca commence par un B...
Type: Qui va tous vous enfumer !!!
Couleur: Kaki cheeef !!! Ouiiiii cheeef !!
Année: Maintenant c'est plus dur à trouver...

« le: Mar 22/05/2007 à 12:28 »

La BOD 2007.

De Jean Giono à Jean Girault…

La Provence.

Lorsqu’on évoque cette partie de la France, le regard s’éloigne, la respiration ralentit au rythme de soupirs pleins de nostalgie. Des odeurs de thym, de menthe, de sauge, de sariette, de romarin, de lavande et d’innombrables fleurs aux couleurs de paradis enivrent votre mémoire et, dans ce halo de lumière, votre esprit vagabonde au pas lent du promeneur dans la pinède, seulement troublé par le crissement ensoleillé des cigales.

C’est bien là, dans cet Eden méridional, que la BOD décida de s’installer durant quelques jours, entre le 17 et le 20 mai 2007.

Et c’est son histoire, joyeuse et agitée, que je vais maintenant entreprendre de vous narrer.


CHAPITRE 1 – Avant la BOD, c’est déjà la BOD !

Les plus anciens d’entre nous ajouteraient même sans aucun doute que la BOD s’installe dans votre esprit et dans votre corps très longtemps avant, provoquant chez le sujet qui l’espère et l’attend, des réactions très curieuses dont les symptômes avant-coureurs sont désormais bien connus. Tremblements convulsifs, manque de concentration, frénésie mécanique, sueurs diurnes et nocturnes, fous rires inexpliqués…

Toujours est-il que la veille d’une BOD est une journée très particulière qui présente déjà la caractéristique majeure de compter au moins 24 h 00 de plus…L’attente devenant insupportable, et la technologie moderne étant venue à votre secours, vous pouvez néanmoins en réduire les effets dévastateurs par l’envoi de nombreux messages dits « SMS » aussi courts que précis. (Quelques exemples parmi d’autres : « tarlouze ! » ou « je te hop ! » ou bien encore « petite bite ! »)

Ces invectives n’ont d’autre but que de vous permettre de partager avec vos semblables ces moments de cruauté extrême.

Pour illustrer mes propos je vais maintenant vous décrire quelle fut ma « Veillo-Bod ». (A verser au dictio-bod)

Très éloigné des réalités et des préoccupations de mes collègues de bureau, je décidai, n’y tenant plus, d’abréger mes souffrances et de partir, subrepticement, à 17 h 30.

Le jeune Fanou qui faisait route vers Lyon en compagnie de Fastgirl, Mifink et Mantrix, me tenait très régulièrement informé de leur progression, déjà ponctuée de quelques caprices mécaniques d’un ZZR… « Tsé…Y’a un truc coincé dans les freins…J’ai changé les plaquettes et ça vibre dans la fourche…Le disque va sûrement se dessouder et j’ai déjà failli perdre l’avant à 200 dans une courbe quand le caisseux devant a sorti un doigt pour me dire que j’avais encore de la marge pour lui faire l’exter’…Mais tsé j’ai changé de file en posant le genou…. » love

A 19 h 30, un appel de Fanou – brave petit - m’indiquait qu’ils étaient, conformément à mes prévisions, totalement paumés dans Lyon. Je pris alors la peine d’indiquer à Fanou un itinéraire imparable pour parvenir jusqu’à chez moi et que ce jeune (et beau) bizut notait scrupuleusement, seulement distrait de temps à autre par Mantrix qui donnait sa vision des choses en indiquant qu’avec une bonne boussole, et une carte d’état-major, on y arriverait bien toujours, tsé…

C’est alors qu’un autre bizut, Mifink, eut une idée en tous points géniale. Il proposa d’utiliser son GPS !! Evidence quand tu nous tiens…Il en avait justement un dans son sac et se souvenait que dans les cas d’égarement total, notamment, ça pouvait servir !!

Fanou, qui venait de terminer de tout noter avec application, le téléphone en équilibre, une main sur le bout de papier et l’autre tenant le stylo, le remercia vivement de cette heureuse initiative !!

Aaahhh…Ces bizuts. Toujours pleins d’astuce. Hello


Sauvés, faut-il le rappeler, par la technologie militaire de l’oncle Sam, la sympathique petite colonne arriva enfin au pied de la caverne de Grogro.

Mantrix, que son casque et le bruit des moteurs avait jusque là empêché de s’exprimer librement, se rattrapa bien vite et ses prouesses de pilotage n’eurent bientôt plus aucun secret pour personne. Les « Pièèèères », le vin blanc, le vin rouge et le champagne de Mifink nous accompagnèrent jusqu’à une heure très tardive…ou assez matinale. (A ce sujet, des coups de fil reçus m’indiquèrent que d’autres bodeurs se trouvaient également sous l’emprise de l’alcool au même instant. Ca partait donc très fort…)

Toutefois, le jeune Fanou nous fit, avant d’aller se coucher, une nouvelle démonstration de ses talents.

Dadarere, qui venait de nous signaler son arrivée à Bron, demandait par SMS à Fanou quel était le point de ralliement du lendemain matin. Notre jeune bizut entrepris alors de lui répondre et on percevait, à son extrême concentration, que la tâche était ardue. Il poussa enfin un gros soupir de soulagement lorsqu’il eut confirmation du départ de son message vers l’appareil de son correspondant.

Oui mais voilà.

1 heure et quelques verres plus tard, ce fut au tour de Mifink de consulter sa messagerie qui lui signalait qu’il avait reçu un SMS. Message qui lui donnait le point de rendez-vous du lendemain comme pour Dadarere. Ce qui était somme toute assez logique puisque Mifink venait de découvrir le message que Fanou pensait avoir envoyé à Dadarere mais qui, curieusement, avait atterri sur le portable de son voisin de table…

Aaaaahhhh….ces bizuts. Toujours pleins d’astuce. Hello a se rouler par terre

Dadarere, de son côté, ne voyant arriver la réponse à sa pourtant fort judicieuse question, en fut réduit à demander au patron de l’hôtel un accès internet pour aller consulter un des posts sur le sujet. (Ce qui a du lui demander du temps car, dans mes souvenirs, ces « fils de discussion » avaient été assez « emmêlés »…)

Rassemblant tout mon courage (et, il faut bien le dire, aidé par le regard suppliant de ma femme et de Fastgirl) j’invitai mes invités à prendre le chemin du paddock, en prenant soin de fixer l’heure du réveil à 7 h 00 AM.

La journée du lendemain serait longue…

Drelin drelin !!! Satané réveil…Maîîîs non gros bêta, c’est la BOD !!! YOUPIIII !!! Fete

Enfin le youpi fut d’assez courte durée. Même sans mes lunettes je m’aperçus bien vite que le temps était comment dire…Bodien. Visibilité « réduite ». Hygrométrie élevée. Entre le déluge et l’apocalypse. On en avait vu d‘autres me direz vous. Toutefois j’accusais quand même le coup. Il fallait repenser tout le chargement et surtout, surtout, ré-enfiler cette satanée combarde dans laquelle on allait encore macérer une bonne partie de la journée…

Les troupes étaient cependant joyeuses et surtout très disciplinées puisqu’à l’heure dite, nous retrouvions Knarf, Steph et Karlito en bas de chez moi.

Notre palanquée prît alors la route du bodheur. Celle qui allait nous mener vers cette Provence de rêve, que nous espérions ensoleillée comme dans les publicités de l’huile Puget ou de Monsieur Ducros.

Arrivés au fameux péage de l’Isle d’Abeau, dadarere et Barbara rejoignirent la troupe et nous nous élançâmes en direction de Grenoble, toutes rames dehors.

75 kms plus loin, tout avait pris l’eau. Gants, combardes, sacoches flottaient comme gondoles à Venise. La station-service située juste après le péage ressemblait au port de La Cotinière, au retour de la pêche. Les « motos-barques » déversaient leurs équipages dans la salle de la criée où, faute de poisson à vendre, nous achetions plutôt des breuvages chauds et réconfortants.

Le ZZR de Mantrix nous fît une petite frayeur, refusant à plusieurs reprises de s’ébrouer. Curieux tout de même pour une grenouille, tout à fait dans son élément…

Philgood, Crystal et JT33 étaient déjà à Vizille, non loin de là et je leur indiquais que nous allions faire route vers leur île dès l’avitaillement terminé.

A Vizille, les premières embrassades débutèrent et je marquai le coup en me fendant d’un tonitruant « Salut les tapettes à ressort !!! » qui dérouta visiblement la clientèle locale, surprise en outre de l’arrivée de scaphandriers en aussi grand nombre à l’heure du tiercé…

Notre caravane s’ébranla de nouveau et cette fois ce fût pour emprunter la route Napoléon qui devait nous conduire jusqu’à Gap, lieu de rencontre d’un assez grand nombre de tarlouzes.

CA PASSAIT, C’ETAIT BEAU !...

Cette expression bien connue des motards de notre accabit trouva ce jour là toute sa signification.
Alors que notre petite escadre retrouvait enfin le soleil à l’approche de Gap, un païlote local nous dépassa à très vive allure, manifestant ainsi son plus profond dédain pour la bande de « traîne-la-bite » que nous devions incarner à ses yeux. J’eus le temps d’apercevoir sa plaque (05) et d’identifier son engin. Une suz’ 1000 SV à la poursuite de laquelle se lança presque immédiatement JT33, doté du même destrier et soucieux ainsi de maintenir sa crédibilité… gun

Quelques kilomètres et virages plus loin, notre surprise fut quand même assez grande de retrouver notre Agostini local assis dans le fossé, aux côtés de sa machine, les deux ayant nettement moins fière allure que quelques minutes auparavant… peur


Plus de peur que de mal mais nous effectuâmes la descente sur Gap avec toute la réserve de gaz que vous inspire ce genre de spectacle…

La générosité et le grand cœur qui nous animent nous firent cependant dire, à l’arrivée, et de façon quasi unanime qu’il « y avait de la pièce » !! (Et, rétrospectivement, on aurait du commencer à désosser le SV en prévision des incidents mécaniques futurs…) DJiPé, tu sais faire le vautour aussi avec les mains ?...

Arrivés à Gap, cette tapette de Totos nous attendait autour d’une bonne « Pièèèère », en compagnie d’un autre équipage de tafioles. Nous citerons en vrac Ruddy l’otarie, Jack-Ouille le plâtrier, Caméléon le camionneur, Firebird Prince des Bizuts, Joe03 le massé-vibrant, Nono la tigresse, et je dois bien en oublier…

Nous ignorions que l’extase allait bientôt nous frapper de plein fouet.

Mais tout se mérite en ce bas monde et il nous fallût tout d’abord faire un arrêt « gastronomique » au Mac-Do local. Une première pour moi lors d’une BOD mais à 14 h 00 dans Gap il nous paraissait difficile de trouver autre chose et la faim nous tenaillait. (Celle du loup. Hein DJiPé !...Le Louuup…)

Finalement le gros avantage du Big mac réside dans le déplacement vers le bas du centre de gravité du motard qui l’avale. Ca te cale sur ta selle et c’est parfait pour attaquer par vent fort. L’inconvénient se trouve quant à lui dans le concombre du centre, dont les relents prédigérés remplacent avantageusement sous ton casque, et pour toute l’après-midi, la senteur « pin des landes » du petit sapin que les caisseux attachent aux rétros.

L’extase vous disais-je donc. Elle arriva enfin et sous la forme du sourire de Ruddy. Donc HENAURME !!

LE ROAD-BOOK DE RUDDY

Nous connaissons tous Ruddy. Cœur gigantesque, grimaces hitchcokiennes, plongeur de génie. Mais qui sait que Ruddy est également aussi à l’aise avec une carte Michelin que Jack-Ouille avec une masse de forgeron ?

Pour ma part je me souvenais de ses talents d’orientation déjà révélés dans des conditions météo de fin de monde, lors de la BOD 06. Mais ce jour là, Ruddy avait décidé de sortir le grand jeu.

Nous empruntâmes des routes, je dirais plutôt des « routelettes », des « routinettes », absolument FA-BU-LEU-SES. Les photos décriront mieux que moi la splendeur des paysages traversés mais le bonheur éclairait maintenant totalement nos visages. Ruddy nous avait concocté un tracé de rois. Et moi qui voulait « bêtement » prendre la route Napoléon…

Ce que firent toutefois Mifink (mi-raisin) et Crystal, lâchement abandonnés à la sortie du Mac Do. (y’a pas de BOD digne de ce nom sans pertes sur le parcours.)

L’excitation montait. Le gîte approchait. La BOD prenait corps. Les poignées de gaz tournaient de plus en plus vite.

Ca sentait enfin la lavande, le thym, le romarin, le rosé et l’arsouille !!!

A suivre...
« Dernière édition: Mar 22/05/2007 à 12:39 par GroGro » Journalisée

Jack, avance, ma grand-mère veut passer !!! Titi, passe la seconde, tu chauffes...
philgood
Administrateur
Vétéran Honorifique
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 53
Messages: 21919



Marque: Honda/suzuki
Type: GR/ Africa Twin
Couleur: a déterminer
Année: 85/91

WWW
« Répondre #1 le: Mar 22/05/2007 à 12:37 »

Haaaaaaaaaaaaaaaaaa !
encore,encore ,dis tonton Bernard ,raconte nous la suite de ce conte magnifique !
« Dernière édition: Mar 22/05/2007 à 12:39 par philgood » Journalisée

rudd59
Moderator
Membre d'honneur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 40
Messages: 5082



Marque: Kawasaki
Type: 600 ZZR
Couleur: Bleue
Année: 2002

« Répondre #2 le: Mar 22/05/2007 à 12:39 »

Terrriiiiiible !!!!  

 arffff love
Journalisée

       
arnal
Bodeur
Vieux Sage à Respecter
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 39
Messages: 4464



Marque: Kawaaaaa
Type: ZRX 1200 R
Couleur: Kawa c'est VERTTTTTTT
Année: 2001

« Répondre #3 le: Mar 22/05/2007 à 12:46 »

Comme à ton habitude, un récent plus que prennant et génial  impec
Journalisée

Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles çi je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
bigburn
Invité
« Répondre #4 le: Mar 22/05/2007 à 13:02 »

ah que c'est bon de lire ça  love
Journalisée
dadarere
Bodeur
Vieux Sage à Respecter
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 42
Messages: 4732



Marque: a t'on avis ??? ...plus un panzer
Type: une belle ancienne et une belle actuelle
Couleur: PFF,les plus belles ,blanche et rouge et noir et gris pour le panzer
Année: t'es de la police ou quoi ??? de quoi j'me mele

« Répondre #5 le: Mar 22/05/2007 à 13:10 »

JE DIS MAGNIFIQUE   ca s'est du recit  love !!!! !la suite ,la suite ,la suite  arffff arffff
Journalisée

Hw
Bodeuse
Pilier de Bar
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Age: 37
Messages: 1565



Marque: Hm ..

« Répondre #6 le: Mar 22/05/2007 à 13:14 »

Du grand art Grogro, comme à ton habitude ....  


Mais c'est quand la suiteeeeeeeeeeeeee !!!!!!!!!!!!!  
Journalisée
francky74
Bodeur "désagrafé"
Vétéran Honorifique
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 49
Messages: 17118



Marque: Niqueuse de BM et autres
Type: 13 zen forme
Couleur: violine pailleté (dedicace JLG)
Année: les tapettes connaissent ...

« Répondre #7 le: Mar 22/05/2007 à 13:22 »

et dire que c est que le début  impec Laughing Laughing Laughing Wink love

 
Journalisée

Vibrez , mais pas trop , aimez , faites vous plaisirs et faites plaisirs , amusez vous , bourrez vous ( pas la gueule , ni en brel ) avec vos chéries
totos
Bodeur
Vétéran Honorifique
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 60
Messages: 11385



Marque: BM un jour BM toujours
Type: Qui sait ?
Couleur: Le rouge et le blanc me vont si bien :-)
Année: 2016 bien sûr

« Répondre #8 le: Mar 22/05/2007 à 13:39 »

 pleurs Pas le temps de lire, Faut que j'aille Bosser  pleurs

Vivement ce soir arffff
Journalisée

N'oublie pas que le chêne avant d'être un arbre était un (G.L.A.N.D)! Et pas un dentifrice
Firebird
Bodeur
Pilier de Bar
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 44
Messages: 1205



Marque: HONDA
Type: 1300 CB
Couleur: Unique
Année: 2004

« Répondre #9 le: Mar 22/05/2007 à 13:52 »

Quel MONSIEUR ce Grogro  impec

Dis Barny, c'est quand que tu nous écris un livre sur Zebike et ses aventures ?

J'aimerais bien avoir une collection en 10 Tômes dans ma bibliothéque.  Laughing

Je l'irais une histoire chaque soir à mes enfants et petits enfants avant qu'ils s'endorment  
Journalisée

Photomontage fournit à mon Concess : Le résultat
raf50000
Bodeur
Membre d'honneur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 43
Messages: 6988



Marque: HONDA
Type: Big One à Valises
Couleur: Noir / Anthracite
Année: 1995


« Répondre #10 le: Mar 22/05/2007 à 14:00 »


 pleurs Pas le temps de lire, Faut que j'aille Bosser  pleurs

Vivement ce soir arffff


Pareil, et la kiné n'aime pas les retardataires...
Journalisée

L'abus d'accident nuit gravement à la santé.
DJP
Bodeur - Buuurn'ô'rupteur
Vieux de la Vieille
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 54
Messages: 2357



Marque: confession ! sur ce 20 soupapes que j'ai entre les jambes.
Type: arbre à came du R1 modifiés, ressorts de soupapes " racing ", sièges de soupapes polies, culasse surfacée, prépa carbus dynojet stage 1, synchro très récente, filtre BMC, boitier CDI préparé, ETC ........ résultat, 157 cv à la roue, ce qui fait un bon 170/175 au villo ... pas non ? et toujours accordé par maître Luthier BIGBURN
Couleur: du compte tour ?????
Année: 2001 voui, mais de juillet....quand les routes sont sèches;

« Répondre #11 le: Mar 22/05/2007 à 14:34 »

du nectar les gars je vous dis, du nectar   Meteo Hello cool
Journalisée

Avec tout ça, ben entre 7000 et 12000 ... t'es vraiment dans un autre monde .... une drogue.
Pascool
Bodeur
Membre d'honneur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 7019



Marque: Honda
Type: Big One / CB1300
Couleur: Belle
Année: Age de pierre

« Répondre #12 le: Mar 22/05/2007 à 14:37 »

Grogro  impec impec impec
En plus c'est écrit ASSEZ GROS pour que tout le monde puisse lire...  

La suite bordel de Zob© !!!!!!!
 arffff arffff arffff
Journalisée

"Au galop ! Jouir, vivre ! Nous sommes mortels !"
Isabelle Sorente
GroGro
Administrateur
Vétéran Honorifique
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 56
Messages: 18568



Marque: Ca commence par un B...
Type: Qui va tous vous enfumer !!!
Couleur: Kaki cheeef !!! Ouiiiii cheeef !!
Année: Maintenant c'est plus dur à trouver...

« Répondre #13 le: Mar 22/05/2007 à 18:08 »

CHAPITRE 2 – LE PAVILLON D’AURABELLE
Cela aurait pu servir de titre à un roman d’amour. En fait c’était beaucoup mieux que cela. Le nom très charmant du gîte qui allait bientôt accueillir une bonne quarantaine de furieux de la poignée, dissimulait également un endroit aux allures d’hacienda, au centre duquel se trouvait une belle piscine aux eaux smaragdines. (c’est mon côté poète… Embarassed )

A notre arrivée, nous vîmes tout de suite une horde rouge et noire, le verre à la main, nous faire de grands signes d’amitié. Nous étions enfin arrivés. (Je dis enfin car dans mon souvenir, certains individus avaient encore trouvé le moyen de se perdre à 500 mètres du but…)

J’ouvre une parenthèse. Quels sont les signes distinctifs d’un (vrai) bodeur ?

-   Ne sait lire aucun panneau indicateur. Ne sait probablement pas lire du tout d’ailleurs. Raison pour laquelle le bodeur n’emporte jamais de road-books. (Qui sont de plus déjà coloriés. Alors…)
-   Situe Avignon du côté de Perpignan, à l’instinct, et ne situe plus rien au nord de la Loire
-   A perdu sa montre à l’âge de 8 ans dans le jardin de sa Tata Monique. (Et ne l’a jamais retrouvée…)
-   Ne se dirige que toujours tout droit, généralement assez vite et à la question « Mais il était devant toi. Tu ne l’as pas vu tourner ? » répond invariablement : « Ah bon…Fallait tourner ?... » Question

Ainsi, je me surprends régulièrement à penser que c’est  toujours miraculeux de pouvoir se retrouver ensemble, avant Dimanche, au point de rendez-vous final fixé par les organisateurs. (Qui firent certainement brûler l’ensemble du stock de cierges de la bonne Mère…)

Ce moment de BOD est unique. On savoure. On déguste. On tâte la fermeté du bizut de l’année, on caresse délicatement le postérieur de son voisin de chambrée, on se « hop » joyeusement sur le pré, donnant à cette fin de journée printanière des allures de forêt de Chambord à la période du grand brâme… fuck

Ces sont des étreintes dont bien des femmes pourraient être jalouses. Entre tafiolles en cuir et tarlouzes casquées. Le démarrage de la fête du slip. Une agitation qui fait de la gay-pride une réunion de séminaristes dépressifs. Et si la procréation entre hommes était un jour rendue possible, il faudrait alors louer le Vélodrome pour tous nous réunir… fuck

Au rythme incessant des arrivées, un brouhaha totalement anarchique remplit l’atmosphère, seulement apaisé par les rayons tombants du dernier soleil de la journée. (et de quelques petits nuages qui me laissaient pourtant espérer pouvoir interpréter Figaro, Barbier illustre de son état… arffff)

L’APERO

Au sud de la Loire, c’est LE moment important de la journée. Un peu avant midi et, le soir, parfois dès 16 h 00, il faut impérativement :

-   Cesser toute activité fatigante
-   Ouvrir la bouteille de pastis
-   Saisir un verre, des glaçons et un peu d’eau
-   S’asseoir confortablement et, tout en attrapant d’une main quelques olives ou cacahouètes, de l’autre siroter tranquillement l’élixir de vie.

Au vu du nombre de bouteilles qui s’étalait devant nous, les plus hardis se posèrent tout de même quelques questions. Allait-on être 150 de plus ou s’agissait-il des stocks laissés là de façon très imprudente par le locataire précédent ?

Toujours est-il qu’il y avait de quoi faire boire un bon régiment de légion, de retour d’une campagne en Afrique.

C’était rassurant compte-tenu des conditions météo, très inhabituelles pour nous tous…

Le premier repas est également un moment très important dans le déroulement d’une BOD. Il permet les premiers échanges sur la route empruntée à l’aller, les détours effectués, volontaires ou non, les autres tantouzes rencontrées sur le chemin et, naturellement, enrhumées, le tout ponctué de jurons que la décence m’interdit de reporter ici. (Et je me suis laissé dire que le nouveau modo n’a rien d’un tendre… peur )

Mais c’est surtout après le repas que la cohésion s’effectue véritablement. Grâce au pousse- pousse-pousse et re-pousse café, la chaleur se diffuse de l’intérieur vers l’extérieur et les imprudents qui commettent l’erreur d’aller se coucher, prétextant un coup de fatigue, comprennent rapidement qu’ils se sont lourdement fourvoyés…Nous en reparlerons plus loin car la deuxième soirée fut, à ce titre, très marquante…

LE BRIEFING
 
Tout organisateur de BOD le sait très bien. Le briefing est une étape fondamentale dans le déroulement de l’événement, mais hélas, totalement vouée à l’échec. Et les raisons sont multiples.

Si vous vous souvenez bien, un bodeur normalement constitué ne sait pas lire une carte. Même si vous prenez soin de la projeter sur un mur et de la lui commenter avec des signes, comme en maternelle.

Il faut donc mesurer à sa juste valeur l’exploit pédagogique tenté dès Jeudi soir par Pascool et DJiPé dans leur briefing nocturne.

Devant une assistance pour le moins agitée et déjà bien « imprégnée », on nous expliqua, avec le sérieux de l’état-major à la veille du 6 juin 44, comment et par où il fallait rouler le lendemain. Peine perdue.

Le seul mot connu, et reconnu, par un bodeur c’est : ARSOUILLE.

Rien d’autre. Nada. Nothing. Walou. Que couic. Zob©©.

Nos « instructeurs » pouvaient bien nous vanter les mérites d’un itinéraire par rapport à tel autre, rien n’y faisait. Tout ce que l’assistance réclamait bruyamment, c’était de connaître avec précision les endroits réservés à l’arsouille…Ce qui au demeurant se révéla parfaitement inutile car l’une des autres caractéristique d’un bodeur est d’arsouiller sur toutes les portions de l’itinéraire, à l’exception peut-être de la sortie des écoles, des dispensaires, et des gendarmeries.

Nous en eûmes la parfaite démonstration dès le lendemain matin puisque, à peine franchi le panneau indiquant la sortie de GREOUX LES BAINS, les automobilistes circulant en sens inverse durent légitimement se demander s’ils n’arrivaient pas directement sur la piste des 24 heures pour les essais de qualif’…Et je me souviens très bien qu’il s’agissait d’une portion réservée à « la mise en jambes ». Cela nous avait été rappelé lors du briefing. Mais pour un bodeur un panneau avec un nom barré en rouge ne veut dire qu’une seule chose : GAZZZZZZZZZ !!!

Tout cela pour lancer un message aux prochains organisateurs de BODs ou d’inter-BODs:

-   Faites simple. Une feuille blanche sur laquelle vous inscrivez « Départ : Le gîte. »
      Ne même pas parler du village, personne ne se souvient de son nom.
-   « Arrivée : TRIFOUILLIS LES OIES. France. » (Pour les BODs limitrophes. On ne sait jamais)
-   Vous prenez grand soin d’ajouter la liste de vos portables et vous vous assurez que chaque bodeur qui part le matin n’a pas laissé le sien dans sa chambre. Un portable pour un bodeur c’est comme un Arva pour un skieur hors-piste. L’assurance de rentrer sain et sauf et à bon port le soir venu.

ET RIEN D’AUTRE !!! FAQ

Pour les quelques bodeurs disciplinés (si si il en existe) vous pouvez, éventuellement, vous risquer à communiquer un morceau de carte un peu plus détaillé. Mais le gros problème avec cette catégorie de bodeurs réside dans leur inaptitude à l’utiliser, une fois qu’ils ont été perdus. Ce qui arrive en général assez vite. (1 à 2 kms seulement après le départ. Voire immédiatement pour certains. J’y reviendrai…)

Non. A la réflexion et l’expérience aidant, seule la formation de deux groupes, distinguant d’un côté les « Instinctifs » et, de l’autre, les « tout électrique » - comprenez sans gaz -, vous permettra de pouvoir déjeuner à l’heure prévue et au milieu de tous.

A L’AUBE DU PREMIER JOUR…

Comme pour certains l’heure du coucher était quasiment identique à l’heure du réveil, la gestion de celui-ci réclama des trésors de diplomatie.

En ce qui me concerne, je fus tiré de mon sommeil par le jeune Fanou et j’entrepris de lui susurrer quelques mots doux à l’oreille, en témoignage de mon affectueuse attention.
Pandorre, probablement jalouse, s’éveilla à son tour et entreprît également ce jeune éphèbe, d’une voix langoureuse. love

A partir de là je perdis un peu le contrôle de la situation. Mifink (mi-raisin), que Pandorre venait de traiter, pourtant avec amour, de tarlouze, prit à son tour part à l’échange et bientôt une joyeuse pagaille régnait dans la piaule, ponctuée de quelques pets matinaux. C’est à ce moment précis que je pris soin de consulter ma montre qui m’indiquait…5 h 30. Et non 6 h 30 comme je venais de le dire à Pandorre-la-grosse-tafiolle.

Nadine, ravie d’apprendre la nouvelle, nous le fît savoir avec grâce… grrr

Jack-Ouille aussi. Mais peut-être avec un peu moins de grâce…

La pression montait. Le départ pour la première journée approchait…


A suivre...
« Dernière édition: Mer 27/02/2013 à 17:43 par rudd59 » Journalisée

Jack, avance, ma grand-mère veut passer !!! Titi, passe la seconde, tu chauffes...
mars
Bodeur
Habitué
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Age: 40
Messages: 191



Marque: Yamaha
Type: Fazer 1000
Couleur: Bleu
Année: 2002

« Répondre #14 le: Mar 22/05/2007 à 18:35 »

En un mot: GENIAL!  
J'en pleure... de rire!  a se rouler par terre

Encore! Encore!  love
Journalisée

Bip-Bip!!! Ne me cherchez pas derrière, je suis déjà loin devant...
Pages: [1] 2 3 ... 18   Haut de page
Imprimer
Aller à: